skieuse-biathlete-equipe_de_france-les_rousses-jura
Photo : Agence Zoom

Depuis toujours le biathlon est un fort pourvoyeur de médailles olympiques pour la délégation française. Du côté des hommes, comme du côté des femmes. D’ailleurs, pour la toute première participation des femmes aux jeux, à Albertville en 1992, c’est sur le site des Saisies que les françaises avaient brillé, en relais, s’octroyant avec brio le premier titre olympique tant convoité. Corinne Niogret, Véronique Claudel et Anne Briand avait remporté l’épreuve qui, pour la première et dernière fois dans l’histoire des JO, se courait à trois. Aujourd’hui, c’est Anaïs Bescond qui vient augmenter la belle récolte des biathlètes français, remportant avec brio la médaille de bronze.

 


Dix-neuvième de l’épreuve du sprint avec 1’14″6 de retard sur la vainqueur (l’allemande Laura Dahlmeier) samedi 10 février, la française ne partait pas favorite pour le podium. Il faut dire que devant elle s’alignaient, outre la championne allemande,  des coureuses comme Vita Semerenko, Anastasyia Kuzmina, Dorothea Wierer, Darya Domeacheva, toutes auteures de plusieurs podiums cette saison et bien plus attendues. Mais c’était sans compter sur le talent et l’envie d’Anaïs de briller sur ces jeux de Pyeong Chang, aux côtés de Martin Fourcade et de toute la bande. La biathlète réalise une remontée extraordinaire et un très bon 19/20 au tir qui lui permettent de remonter dans le classement jusqu’à la troisième place. Elle se battra jusqu’au bout et c’est au sprint que la course se termine face à la slovaque Anastasyia Kuzmina qui l’emporte de 50 petits centimètres à peine. Déçu sur le coup, Anaïs ne le restera pas longtemps devant la récompense que représente pour tout athlète une médaille olympique, quel qu’en soit le métal.

Il faut dire qu’en ce début de saison la skieuse des Rousses n’avait pas encore réussi à se hisser sur le podium en course individuelle. Toujours dans le Top 30, souvent dans le Top 15, elle n’avait pas pu, comme ses co-équipières, monter sur la boite. Une position d’outsider qui lui a peut-être permis de se préparer à l’abri de la pression médiatique et de pouvoir s’exprimer pleinement sur la poursuite olympique. Il est important de rappeler qu’Anaïs a quand même obtenu en 2016 à Oslo  les titres de vice-championne du monde en individuel et en relais, ainsi que celui de championne du monde en relais mixte. Avec pas moins de 29 podiums en coupe du monde ou championnats du monde, dont 7 en individuel, elle possédait largement l’expérience pour représenter la nation au plus haut niveau. On lui souhaite maintenant de briller dans les épreuves de l’individuel, de la mass start et des relais femmes et mixte pour compléter ce superbe palmarès. Gageons que Justine Braisaz, Marie Dorin-Habert et Anaïs Chevalier auront à coeur d’inscrire elles aussi leur nom sur les tablettes des JO de Pyeong Chang.

 


Palmarès d’Anaïs Bescond :
  • 234 départs en coupe du monde
  • 29 podiums en coupe du monde et championnats du monde
  • Dont 7 en course individuelle
  • Championne du monde en relais mixte à Oslo en 2016
  • Vice-championne du monde en individuel et relais à Oslo en 2016, en relais et relais mixte à Kontiolathi en 2015, en relais à Ruhdolphing en 2012, en relais à Kanty en 2011.
  • Médaille de bronze du la poursuite à Pyeong Chang en 2018.

 

 

 


Retrouvez toute l’actualité et les dernières news de snowflike.com sur la page Actus.

Laisser un commentaire