Photo by JAVIER SORIANO / AFP

Le ski, c’est reparti ! Alors que nous profitons pleinement de ce bel été indien qui s’offre à nous cet automne, les skieuses de la coupe du monde ont repris du service sur le glacier du Rettenbach à Sölden. Cette saison s’annonce déjà pleine de surprise suite à l’arrêt de nombreuses têtes d’affiches ces 2 dernières années et l’éclosion inéluctable de nouveaux talents. A l’instar de la néo-zélandaise Alice Robinson qui, 17 ans à peine, s’impose devant Michaela Shiffrin et Tessa Worley. Ca promet !

 


Depuis 19 ans, la coupe du monde de ski s’ouvre sur un slalom géant exigeant qui donne le ton de la saison à venir. Et cet hiver ne sera pas piqué des vers ! Après 2 années de grands rendez-vous internationaux, jeux olympiques en 2018, puis championnats du monde en 2019, les athlètes sont nombreuses à avoir raccroché les skis. C’est clairement l’occasion que doivent saisir les outsiders pour prendre des points et s’octroyer les meilleurs dossards. C’est aussi l’opportunité pour les nouvelles venues de montrer de quoi elles ont capables.

A ce jeu, la meilleure fut sans conteste la toute jeune néo-zélandaise Alice Robinson. Partie avec le dossard 9 grâce à sa 2ème place lors de finales de Soldeu en Andorre l’an dernier, elle a su produire un ski technique, précis et engagé pour s’imposer devant 2 des plus grandes géantistes du moment. Championne du monde junior en titre de la discipline, la skieuse de Queenstown vient ainsi titiller l’américaine aux 60 victoires en coupe du monde et lui montrer que la saison ne sera pas un long fleuve tranquille. Leur point commun ? Toutes deux ont participé à leur première coupe du monde à l’âge 16 ans à peine.

Tessa Worley salue : « Son engagement, sa manière de skier. Elle vient faire son ski sans aucun complexe et ça nous booste, nous les « anciennes ». Ca nous force à repousser nos limites encore un peu plus loin.« 

 

Alice Robinson, la skieuse néo-zélandaise, en action lors du slalom géant d'ouverture de la coupe du monde à Sölden en Autriche. Octobre 2019.
Photo : Alexis Boichard/Agence ZOOM

 

Tessa, elle, ne se sentait pas encore complètement prête après une intersaison difficile. Pourtant, elle a su produire un ski de qualité et se mobiliser pour ce premier géant. Comme elle le dit : « Après la première manche, je sentais que j’avais encore un petit peu de marge et que je pouvais prendre un peu plus de risque. Mais je ne pensais pas pouvoir monter sur le podium. Je me serais contentée de deux manches solides. Cette 3ème place est comme une victoire après cette opération et une préparation raccourcie. »

C’est clairement l’expérience qui a parlé pour la skieuse du Grand Bornand dont c’était le 13ème départ à Sölden. « Dans le mur j’étais à la lutte, c’est toujours comme ça ici. Si on n’est pas dans le combat, on n’est pas vite. Je me suis mise dans la bagarre, mais il me manquait encore un peu de régularité et de justesse. »

Si elle est heureuse de faire partie de ce trio de tête, Tessa sait que la saison sera intense. D’après elle, nombreuses sont celles qui ont le potentiel de faire des podium cet hiver. Comme la norvégienne Maria Therese Tviberg qui termine 6ème avec son dossard 58. La double championne du monde de géant nous annonce déjà un hiver intense. Et on la croit !

 

podium féminin de la coupe du monde de ski alpin de Sölden en Autriche - octobre 2019 : 
1 - Alice Robinson - NZ
2 - Michaela Shiffrin-USA
3- Tessa Worley-FRA
Photo AFP

 

Découvrez l’interview de Tessa Worley après la course.

Merci à Laurent Chrétien et la FFS pour les infos et interviews

Laisser un commentaire