femme-montagne-isola2000-snowboardeuse-vice-championne-olympique
Photo AFP

Elle s’appelle Julia Pereira de Sousa Mabileau. Elle vient d’Isola 2000 dans les Alpes du Sud, la « station de la Côte d’Azur ». Et, avec la médaille d’argent qu’elle obtient lors de l’épreuve de snowboardcross, à 16 ans et 149 jours elle devient la plus jeune française médaillée olympique, détrônant ainsi Danielle Debernard, (vice-championne olympique de slalom en 1972 à Sapporo), après 46 ans de règne !  Pourtant Julia n’était pas celle qu’on attendait sur le podium pour ces jeux. Les favorites françaises étaient Chloé Trespeusch, médaillée de bronze aux JO de Sotchi en 2014 et Nelly Moënne-Loccoz, vice-championne du monde en 2011 et 2015. Mais voilà, quand on fait partie de la meilleure équipe au monde, tout devient possible sur la course d’un jour.

 


C’est la « petite jeune », la nouvelle pépite de cette équipe qui monte sur les podiums à chaque coupe du monde ou presque, qui porte le flambeau cette fois. Toute jeune recrue de l’équipe de France, Julia ne participe au circuit coupe du monde dans son intégralité que depuis cette saison mais a fait sensation dès son arrivée dans le monde du snowboard.

Lors de ses premiers championnats de France, dans sa station à Isola 200 en mars 2016, c’est en slopestyle qu’elle s’aligne et obtient la 11ème place. Puis, elle montre rapidement l’étendue de son talent en snowboardcross lors des courses internationales juniors, réalisant deux secondes places en décembre 2016 à Pitztal puis à Grasgerhen en janvier 2017, et surtout en coupe d’Europe, montant sur le podium à deux reprises en décembre 2016 à Val Thorens. Depuis, tout semble réussir à la snowboardeuse qui caracole de podium en podium sur les coupes d’Europe et aux championnats du monde juniors, puis se sélectionne pour ses premières coupes du monde en fin de saison dernière. Cet hiver c’est sur l’intégralisté du circuit international qu’elle officie, ses coachs ayant confiance en ses capacités exceptionnelles. Et manifestement ils ne se sont pas trompés. Après être grimpée sur deux podiums mondiaux cette saison (3ème place à Cervinia en décembre puis à Feldberg début février), la belle arrive en pleine possessions de ses moyens et surtout en pleine confiance à Pyeong Chang pour sa première participation aux Jeux Olympiques. Elle était là en outsider, pour faire son expérience. Elle remporte l’argent olympique!

Encore une fois, les jeux sont le théâtre d’une belle histoire. Encore une fois, une jeune athlète douée se permet, en toute simplicité et sans complexes, de venir bousculer la hiérarchie mondiale et inscrire son nom dans l’histoire olympique. Pour autant, Julia n’oublie pas de rendre honneur à ses co-équipières, elles qui forment la meilleure équipe mondiale et avec qui elle s’entraîne au quotidien. Classées respectivement 5ème, 7ème et 10ème, Chloé Trespeuch, Charlotte Bankes et Nelly Moënne-Loccoz, déçues de ne pas monter sur le podium n’ont pas démérité, bien au contraire. C’est avec sincérité qu’elles saluent la médaille de Julia, montrant la belle cohésion du groupe snowboardcross féminin. Une belle équipe qui nous réserve sans aucun doute encore beaucoup de podiums sur les événements internationaux à venir ces prochaines années. Bravo mesdemoiselles.

 


Palmarès Julia
  • 2018 : Vice-championne olympique snowboardcross Pyeong Chang
  • 2017 : bronze aux championnats du monde juniors de Klinovec
  • 10 départs en coupe d’Europe – 7 podiums – 2 victoires
  • 13 départs en coupe du monde – 2 podiums
  • Premier départ en coupe du monde : Feldberg (Allemagne) – 11/02/2017

 

Pour le plaisir, le retour sur la folle journée de la jeune championne française, le 16 février dernier.

 

 


Retrouvez toute l’actualité et les dernières news de snowflike.com sur la page Actus.

 

Laisser un commentaire