SNOWFLIKE A TESTE POUR VOUS LA PROTECTION DORSALE L’ARMURE FRANCAISE, UN MODELE SPECIFIQUEMENT CONCU POUR LES FEMMES.


skieuses-snowbardeuses-rideuses-freestyle-alpin-freeride-skicross-montagne-enfants-equipement

Aux Armes citoyennes !

L’Armure Française est une toute nouvelle marque lancée en 2017 par Sophie Hallier, skieuse, et snowboardeuse inspirée, qui souhaite faire bouger les lignes dans le marché de l’équipement sportif féminin et junior. Depuis toujours passionnée de stylisme et de produits, elle choisi ses études en conséquence et obtient ses diplômes de styliste, designer innovation et ingénieur textile avant de faire son expérience professionnelle dans de grandes marques de mode, de grande distribution et de sportswear ski. A 37 ans, cette fonceuse créé sa propre marque, L’Armure Française. Son crédo ? Offrir aux femmes (et aux enfants) des produits de protection, conçus et fabriqués en France, parfaitement adaptés à leur morphologie et à leurs goûts. Elle commence par développer pour l’hiver 2018 une première collection de base layers, thermiques et respirants en DryClim®, dans lesquels peuvent s’intégrer une protection dorsale pour la pratique du ski en matériau D30® (voir-ci-dessous). Mais Sophie ne compte pas s’arrêter là et souhaite étendre sa gamme à des protections pour d’autres activités sportives telles que le vélo ou l’équitation, et/ou d’autres parties du corps, comme les hanches et les genoux.

 

skieuses-snowbardeuses-rideuses-freestyle-alpin-freeride-skicross-montagne-enfants-equipement-outdoor-women-mountain-essai-tests

 

Sortez couvertes 😉

L’Armure Françaises propose donc pour l’instant trois modèles de première couches thermiques en DryClim® avec protection dorsale intégrée et amovible, disponible en plusieurs tailles et différents coloris, à moins de 159 euros :

  • Modèle manches longues adultes.
  • Modèle sans manche adulte.
  • Modèle sans manche enfants.

La protection dorsale amovible est réalisée dans un matériau innovant, le D30® utilisé depuis une dizaine d’années dans les protections destinées à divers sports dans lesquels les impacts sont nombreux et violents, mais également dans les domaines de la moto, de la défense, de l’industrie et de l’électronique. Ce matériau, extrêmement flexible, fin et relativement léger, donc très confortable, a la capacité d’absorber les chocs en se durcissant sous l’impact, puis à reprendre sa forme et sa souplesse initiale. De plus, il conserve ses propriétés à des températures négatives jusqu’à -20°C, ce qui n’est pas négligeable pour des produits destinés à la pratique hivernale. Pour en savoir plus sur le matériau, ses propriétés et son utilisation , je vous propose d’aller sur le site D30® ce sera plus complet !

 

skieuses-snowbardeuses-rideuses-freestyle-alpin-freeride-skicross-montagne-enfants-equipement-outdoor-women-mountain

 

Conditions de l’essai

Maintenant que vous savez tout, ou presque, sur la théorie, passons à l’aspect pratique. Attirée par le look différent, par l’approche de Sophie Hallier et curieuse de savoir ce que j’inflige à mes enfant depuis leurs premières glissades à ski, j’avais très envie d’essayer à mon tour cette fameuse dorsale. Vous l’aurez compris, je n’avais jamais porté de protection dorsale de ma vie. J’ai donc essayé la version sans manche, en taille XS, au cours de trois sorties à la demi-journée (pour l’instant), en ski libre, par temps froid (-10°C) ou tempéré (-3 à +7°C). Une fois dans le pantalon, deux fois par dessus. Toujours sous la veste.

skieuses-snowbardeuses-rideuses-freestyle-alpin-freeride-skicross-montagne-enfants-equipement-outdoor-women-mountain-essai-tests

 

A l’enfilage

Il faut bien reconnaître que jusqu’à présent, aucun modèle, même spécifiquement développé pour les femmes ne m’avait attiré : trop encombrant, trop masculin, trop compliqué, trop lourd, trop « pas pour moi » ! Heureusement, les gilets de Sophie présentent un look original et sympathique. Surtout, rien ne semble de trop : un simple haut en tissu stretch, léger, affublé d’un pad protecteur dans le dos. Je l’enfile et ne me sens pas dérangée. Pas de points de compression, pas de gêne dans le cou, sur les reins ni entre les omoplates. Le pad épouse parfaitement ma morphologie. Le gilet quand à lui, une fois fermé, maintient le tout bien en place. Il est possible de fermer la fermeture éclair jusqu’en haut de son col montant. Côté longueur, le gilet vient s’appliquer sur les hanches, juste au dessus du fessier. La bonne longueur pour pouvoir être positionné dans ou par-dessus le pantalon. Son encombrement est peu important et ne gêne pas non plus lorsque je glisse ma veste par dessus. Gants, casques, masque, chaussures, me voilà prête à rider en toute sécurité !

 

skieuses-snowbardeuses-rideuses-freestyle-alpin-freeride-skicross-montagne-enfants-equipement-outdoor-women-mountain-essai-tests

 

En action

Pendant mes premières minutes, il faut bien l’avouer, j’ai la sensation d’avoir mon sac sur le dos. Au moment où j’embarque sur le télésiège je me dis, « zut mon sac va me gêner… ». Un sac, quel sac ? Il me faudra bien une heure à chaque sortie pour m’habituer à la sensation de la protection sur mon dos. Pour autant, aucun point dur, aucune gêne ne vient me déranger. C’est une simple question d’habitude, comme celle de porter un casque finalement. Le jour où il fait plus chaud, je me rend compte que le gilet me tient chaud, que le pad dans le dos retient la chaleur et n’est pas ultra-respirant malgré les trous prévus à cet effet. Du coup la transpiration s’intensifie, et je me dis que pour le ski de printemps il me faudra prévoir une couche plus légère à porter avec. Pour ce qui est du port sur ou dans le pantalon, les deux se valent. Tout dépend de la température extérieure et de la coupe du bas. Pour un pantalon près du corps, mieux vaut porter la veste par dessus. Pour une coupe large au contraire, le port à l’intérieur semble plus adapté pour une meilleure tenue et plus de confort. En effet, le pantalon se remet mal en place lorsqu’on se relève après avoir été assise sur une remontée mécanique ou lorsque l’on se baisse pour serrer ses chaussures. Encore faut-il, pour porter la protection dans le pantalon, que sa ceinture soit assez large. Enfin, niveau sécurité, je sais que je suis mieux protégée, mais cela ne change en rien ma pratique. Je ne prend pas plus de risque pour autant et ne me crois pas à l’abri plus que d’habitude. Il est vrai que ça fait longtemps que je ne saute plus de barres rocheuses et que j’évite les 360° !

 

Bilan 

Au final, voilà un produit bien pensé et adapté à la morphologie féminine. Léger, souple, il finit par se faire oublier. Il me semble plus adapté à une pratique engagée, comme le freeride, le freestyle ou les piquets et je l’aurais certainement portée  régulièrement à l’époque où je courrais. Pour l’enseignement du ski, je ne me sens pas prête. J’ai bien songé à l’essayer pendant les vacances de février, mais pour des raisons évidentes de praticité, pas la peine de se rajouter une couche quand on n’a que trente secondes pour se désaltérer et se soulager en même temps ! D’autre part, les cours étant très variés au cours de la journée, le port de la dorsale peut vite devenir gênant en augmentant la transpiration lorsque l’on enseigne à des tout-petits. Pourquoi pas en revanche pour un cours avec des skieurs ou snowboardeurs de bon niveau ? Je la conseillerais volontiers en tous cas à toute débutante en ski ou snowboard, pour la pratique du paret/yooner, de la luge et à celles qui ont peur des collisions. D’ailleurs, j’ai pu constater ces dernières années une forte baisse du respect sur les pistes. Les glisseurs vont vite, souvent trop vite par rapport à leur niveau, et passent bien souvent trop près des autres. Si la dorsale, comme le casque, n’est pas obligatoire, elle deviendra bientôt indispensable pour assurer un minimum de sécurité.

 

skieuses-snowbardeuses-rideuses-freestyle-alpin-freeride-skicross-montagne-enfants-equipement-outdoor-women-mountain-essai-tests

 

Les plus :
  • Le confort et la légèreté (moins de 350g pour le pad en taille L – voir fiche technique D30® ).

  • La protection, amovible, qui permet l’entretien de l’ensemble. Et qui permet de porter le gilet comme une seconde couche classique pour toute activité sportive.

  • Le col haut – que l’on n’est pas obligé de porter fermé jusqu’en haut. Mais qui tient chaud lorsque le temps est froid, et qui apporte plus de confort.

  • La longueur qui assure maintient et chaleur au niveau des reins.

  • Le bas élastique pour un bon maintient du gilet.

  • Le pad en matériau D30® qui assure confort d’utilisation et protection du rachis.

  • Textile labellisé Oeko-Tex® : exempt de produits toxiques pour le corps et pour l’environnement.

  • Traitement du tissu Pure : naturellement traité contre les mauvaises odeurs – bien qu’on sache pertinemment que toutes le femmes sentent la rose 😉

  • Un produit conçu et produit en France.

  • Le look – chacun ses goûts, chacune son style 😉

  • La certification norme FIS.

 

 

Les moins
  • Le prix. 119€ pour le gilet sans manches, 159€ pour la version manches longues. Certes la sécurité n’a pas de prix, mais ça reste un investissement.

  • Une gamme que l’on a hâte de voir s’étendre, avec des gilets en filet et des pads plus aérés, des produits polyvalents multi-disciplines, encore plus légers et qu’on sent encore moins.

  • La barrière psychologique. Une dorsale, pour quoi faire ?

 

En savoir plus sur L’Armure Française :

 

 


Découvrez aussi d’autres tests :
skis-femme-alpin-skieuse-montagne-poudreuse-essais-matériel-equipement
Skis femme Freeride 17/18
skieuse-montagne-femme-skier-essai-neige-polyvalent-tout-terriain-toute-neige-allmountain
Skis femme All mountain 17/18
skis-femmes-piste-polyvalent-skieuses-montagne-alpin
Skis Femme Piste polyvalents 17/18
skis-femmes-piste-performance-skieuses-montagne-alpin
Skis femme piste perf 17/18
tests-equipement-femme-randonnée-lac-annecy-2017
On – Cloudventure
happy-women-mountain-outdoor-filles
VTT AE Scott
happy-women-mountains-femmes-montagne-tests-equipement-massif-bornes
Symbioz de TSL
happy-women-mountains-femmes-montagne-ski
Ski-Mojo
snowflike-tests-skis-femme-2017-skieur-val-cenis
Skis femme 16/17

 

 

 

 

 

 

snowboard-fun-enfants-skieurs-course-folle
Grand Prix de Serre Chevalier
famille-enfants-jeux-activites-montagne
La Sambuy Seythenex
happy-women-mountains-montangne-neige-les-arcs
Girls Only Big Up & Down
snowflike-événement-femmes-running-stand-up-paddle-yoga
Roxy Fitness Annecy

 

Laisser un commentaire