snowflike - happy women in the mountains
©MDaviet

Les bonnes questions à se poser avant d’acheter ses skis


Etes-vous plutôt adepte de la courbe parfaite sur piste bien damée ou au contraire amatrice de poudreuse et de grands espaces vierges ? Etes-vous très sportive ou plutôt contemplative ? Etes-vous grande ou plutôt petite ? Attachez-vous une importance au décor de vos skis ?

Il existe actuellement sur le marché près de 300 modèles de skis spécifiquement dédiés aux femmes, alors autant dire qu’il a y a toutes les chances pour que chacune d’entre nous puisse trouver LE ski qui lui convienne, le compagnon idéal avec qui se faire plaisir, si ce n’est toute une vie, au moins pendant quelques années. Et ce, quel que soit son niveau, quelle que soit sa pratique.

Avoir autant de choix c’est merveilleux, surtout quand on sait que les premiers skis destinés aux skieuses n’ont pointé le bout de leur spatule qu’en 2001. Mais comment faire pour s’y retrouver et établir son choix ? snowflike.com tente de vous aider et de vous guider.

skieuse-montagne-femme-skier-essai-neige-polyvalent-tout-terriain-toute-neige-allmountain

 

1 – Les bonnes questions à se poser :

Comme pour tout achat, il est essentiel d’effectuer un petit travail d’introspection avant de se lancer. Pourquoi voulez-vous investir dans une paire de skis ? Quels sont vos besoins réels ? Quelles sont vos envies ? Quel est votre budget? Etc… En fonction de ces aspects, vous pourrez, avec le spécialiste, établir un pré-choix puis, enfin, une sélection finale à tester sur neige… ou pas ! L’idéal étant de se poser les questions dans le bon ordre, histoire d’éliminer au fur et à mesure les produits qui ne conviendraient pas, un peu comme dans un entonnoir.

 

Pour quelle(s) raison(s) souhaitez-vous acheter vos skis ?

Cela paraît évident, mais c’est quand même la toute première question à se poser et la première que tout bon professionnel vous posera. En effet, il est important de connaître les raisons de votre envie d’achat et le cadre de celui-ci. On ne vous orientera pas de la même manière selon que vous êtes primo-accédant (comme dans l’immobilier 😉 ) ou si vous souhaitez renouveler votre matériel. Idem si vous êtes une excellente skieuse qui veut se perfectionner en freeride ou si au contraire vous souhaiter découvrir la discipline. Essayez d’établir vos objectifs d’achat avant de vous lancer. Par exemple des skis plus performants, ou plus polyvalents, plus légers, plus jolis, d’une autre marque. Des skis que l’on vous a conseillés ou que vous avez testés… Quelles que soient les raisons et les motivations de votre achat, elles vous appartiennent et ne pourront être comblées que si vous les mentionnez clairement.

 

Quelle est votre pratique ?

Vous aurez déjà peut-être répondu à cette question en partie précédemment. Que vous skiiez majoritairement sur piste, en hors-piste, un peu partout en fonction des conditions ou des personnes avec qui vous êtes, que vous soyez adepte de la randonnée à skis ou du snowpark, quel est votre créneau ? C’est la seconde question, celle qui va permettre de vous orienter vers un type de skis plutôt qu’un autre.

 

Les 5 grandes familles de pratique (et de matériel)  :
  • Piste.
  • All mountain (partout, sur tout terrain et toute neige).
  • Hors-piste / freeride.
  • Freestyle (snowpark et sauts).
  • Ski de randonnée.
 

Quel est votre niveau (dans cette pratique) ?

Ici, ne vous mésestimez pas. Comme pour tout achat de chaussures de ski (voir les conseils pour bien choisir ses chaussures), ne pas se sous-estimer ni se sur-estimer. Vous risqueriez de passer à côté de la paire de skis qui vous convient le mieux. Certes, cela n’est pas toujours facile de définir son niveau, mais vous pouvez toujours aller voir sur le site des ESF quelles sont les différents niveaux et vous y référer (niveaux et tests, enfants et adultes ESF la Clusaz). Il est essentiel également de connaître vos ambitions : souhaitez-vous continuer à progresser ou pas ? Souhaitez-vous accéder à des terrains plus engagés ? Cela peut vous orienter vers un ski peut-être un peu plus exigeant au départ, mais qui vous apportera entière satisfaction après quelques séances.  Essayez d’être juste sur votre niveau actuel et de vous projeter.

skis-femme-alpin-skieuse-montagne-poudreuse-essais-matériel-equipement

 

Quelle est votre sportivité ?

De la même manière que pour la chaussure, il s’agit ici de définir quel produit correspondra le mieux à votre pratique du moment. Plus ou moins joueur, plus ou moins nerveux ou confortable. Ici aussi il est important de définir la durée de vos sorties à ski. Courte, une à deux heures, ou longue, à la journée. La fréquence de celles-ci. Savoir aussi avec qui vous pratiquez. Vous pouvez être une excellente skieuse qui skie avec ses très jeune enfants, auquel cas un ski très maniable et léger vous conviendra mieux pendant les années d’apprentissage de vos enfants. Puis, quand ils auront progressé, vous pourrez retourner à un ski plus long, plus nerveux, plus lourd pour tenter de les suivre 😉 Idem si vous faites de la randonnée. Le choix de ski sera bien différent si vous faites des sorties le soir sur les pistes dans une approche fitness ou si vous faites des itinéraires à la journée avec l’envie de vous offrir une (ou des) très belles pentes vierges.

 

Où et à quelle période skiez-vous ?

Cela rejoint la question précédente. Les neiges sont très différentes d’une période à l’autre, d’une station à l’autre. Si vous skiez un peu partout, tout l’hiver, vous serez plus à l’aise avec un modèle plus polyvalent. Si vous ne skiez que dans certaines conditions, vous pourrez vous orienter vers un modèle très spécifique.

 

Quelles sont vos priorités ?

Le prix, le poids, la performance, la stabilité, la facilité, le confort, la maniabilité, l’accroche, la marque, le décor, etc… A vous de définir, dans l’ordre, vos trois critères prioritaires qui orienteront votre choix et permettront au professionnel de vous guider.

 

Quel est votre gabarit ?

Quels sont votre taille et votre poids. Critères primordiaux, et pas seulement en ce qui concerne la sécurité et le réglage de vos fixations. A taille égale et niveau égal, quelques kilos de plus (ou de moins) vous guideront vers un modèle plus rigide (ou plus souple), une taille plus longue (ou plus courte). Ca joue. Dans tous les cas, attention à ne pas skier trop court. Cela nuit forcément à la stabilité et au confort, dans toutes les conditions de neige et de terrain. Certes, des skis très courts sont très maniables (à condition que ce ne soient pas des modèles de course), mais aussi très instables et du coup, très fatigants. Avoir défini en amont son niveau et ses attentes permettra au vendeur de vous orienter vers la taille de skis la mieux adaptée.

 

Quelle taille de ski pour quel niveau et quelle pratique ?

Difficile d’être précis. Mais il est possible de fournir une grille de repère. Sachant qu’entre deux skis d’1m70, la surface portante peut être très différente, en théorie comme en pratique.

Par exemple, un ski de piste performant, de 170cm, avec une spatule très courte et un talon plat, peut proposer une surface portante de 163cm. Un ski de freeride de même longueur, avec un long rocker avant (spatule longue et relevée) et un rocker arrière (un talon relevé), peut quand à lui ne présenter que 135cm de surface portante. Les réactions sur piste seront donc radicalement différentes.

Dans mon exemple il s’agit de produits opposés. Mais dans une même gamme de produits, les marques ont des réponses très variées et le comportement de skis qui semblent similaires à première vue, peut se révéler extrêmement différent. Le conseil du vendeur et les essais sur neige pourront vous orienter vers un produit plutôt que l’autre.

 

Quelques repères pour choisir la bonne taille de skis :

  • Niveau débutante à intermédiaire = votre taille -5/-10 cm
  • Niveau confirmé = votre taille 0/-5cm
  • Niveau experte = votre taille 0/+5Cm – sauf skis carving/slalom (-5/-10cm)
  • Niveau pro = votre taille +5/10cm – sauf skis carving/slalom (-10/-15cm)

 

skis-femmes-piste-polyvaments-skieuses-montagne-alpin

 

2- Quel(s) aspect(s) privilégier ?

Il n’existe pas de règle. A chacune ses envies, ses attentes, ses sensations. Pour autant, la logique s’impose. 

Les qualités à privilégier : 

  • Niveau débutante = maniabilité et légèreté pour la facilité d’apprentissage.
  • Niveau intermédiaire = tolérance et stabilité pour la confiance.
  • Niveau confirmé = accroche et polyvalence pour la progression.
  • Niveau experte = sportivité et tenue pour les sensations.
  • Niveau pro = précision et puissance pour la performance.

Le seul point à « tenir à l’écart » le plus possible : le budget. La plupart des guides vous disent le contraire et vous conseillent de vous fixer un budget avant de commencer vos recherches. Je vois les choses à l’inverse. Pourquoi regarder des skis à 600€ alors que vous êtes débutante et que vous skiez une semaine par an avec vos enfants? Inversement, se limiter à 350€ alors que vous skiez une vingtaine de jours par an et que vous avez un bon niveau serait dommage. En effet, il vaut mieux économiser une saison de plus pour s’offrir un ski qui vous offrira pleine satisfaction que d’investir « à tout prix » dans n’importe quelle paire de ski qui pourrait se révéler totalement impraticable. 

Et puis si vous êtes vraiment bloquée niveau budget, on trouve désormais des prix réduits toute l’année sur les fins de stocks ou les produits des années précédentes. Alors armez-vous de patience, mais ne concédez rien à ce que l’on appelle dans le jargon la skiabilité!

 

3 – Quel type de skis pour quelle pratique ?

Skis de piste :

  • Skis de 68 à 78 mm de largeur au patin.
  • Rayon de 12 à 15m en moyenne.

Les skis destinés aux pistes bien damées de préférence. Offrant une bonne accroche sur neige dure, ils répondent bien à tous les changements de direction et sont ceux que l’on privilégie pour l’apprentissage, la progression et la recherche de la courbe parfaite. 

C’est aussi la famille qui offre le plus de choix. Du ski découverte au ski de compétition. Léger, souple, il est facile et maniable. Lourd, rigide, il est puissant et précis.

Plus le patin est étroit, plus le ski est incisif, plus vite il entre en courbe. En revanche, moins il est tolérant. Il nécessite un bon bagage technique. A choisir si l’on veut progresser vite, si on aime une approche sportive.

Les skis de 74 à 78mm environ avec des rayons de 15m seront plus agréables, plus rassurants, plus stables. A préférer si on souhaite « cruiser », se balader sans trop forcer.

 

Skis all mountain (tout terrain et toute neige) : 

  • Skis de 80 à 88 mm de largeur au patin.
  • Rayon de 14 à 17m en moyenne.

Ces skis sont passe-partout. Ce sont les modèles les plus polyvalents pour skier tout type de terrain, quelles que soient les conditions de neige. C’est le modèle de celles qui n’ont qu’une seule paire de skis. 

Certains skis sont vendus en pack avec un système de plaque intégrée. En règle générale, ils sont les plus étroits de la famille et donc mieux adaptés à la piste. Ils restent faciles à manier et offrent une belle stabilité, notamment sur neige dure.

Les skis vendus « nus », avec la fixation de son choix et surtout sans plaque, sont plus vivants, le pied étant plus proche de la neige. Plus légers, d’une largeur de plus de 85mm au patin, ils peuvent flotter en poudreuse et garantissent donc un meilleur comportement tout terrain. 

 

Skis hors-piste / freeride :

  • Skis de + 90 mm de largeur au patin.
  • Rayon de 16 à 20 m ou plus.

Ces skis sont faits pour la poudreuse. Sans plaque, avec des chants droits, ils présentent une longue et large spatule – le rocker – qui leur permet de déjauger et sortir le bout de leur nez de la neige. D’une largeur généreuse et de grande taille, ils sont aussi prédisposés à flotter sur les cristaux blancs. Bref, ceux dont la pratique fait rêver.

Les modèles à long rocker (avant et arrière) ont un rayon plus court. Plus maniables, ils se faufilent facilement entre les sapins ou les rochers. Ils possède également une bonne capacité à déjauger. Ils se comportent bien en poudreuse. En revanche, quand la neige se fait moins douce, dans les pentes trafollées – pleines de traces – ils offrent moins d’accroche et amortissent moins bien le relief. Un bon choix pour débuter.

Privilégiez des modèles plus longs, avec des rockers moins prononcés, moins de souplesse et plus de puissance si vous recherchez la stabilité. Ces modèles plus performants se montrent d’une grande efficacité quand on prend de la vitesse. Plus difficiles à manier, ils sont néanmoins rassurants et absorbent très bien les irrégularités du terrain.

 

Skis de freestyle :

  • Skis de 80 à 90 mm de largeur au patin.
  • Rayon de 14 à 17m en moyenne.
  • Spatules twin-tip, relevées à l’avant et à l’arrière.

Fût un temps où les skis de freestyle étaient utilisés pour une pratique all mountain. Ludiques, faciles à manier, ils passent partout et font preuve d’une grande tolérance.

De plus en plus typés freestyle, c’est à dire faits pour skier en switch – en arrière – glisser sur les rails du snowpark, sauter ou glisser sur tout élément naturel ou préparés manuellement par les passionnés. Ils restent réservés à une minorité, surtout chez les femmes. 

Pourtant, leur caractère docile et leur style toujours très créatif les rend très attirants. Certains modèles se montent littéralement centrés, les fixations pile au milieu du ski. C’est mieux pour skier à reculons et pour les figures, mais c’est moins bien pour skier en avant.

Si vous cherchez un modèle passe partout, facile, maniable et pas trop cher, regardez du côté du freestyle, il y a quelques pépites à ne pas rater. 

Un seul bémol : le skieur derrière vous en prendra « plein la poire » avec la neige qui vole derrière les talons relevés 😉

 

 

Skis de randonnée :

  • Skis de 60 à 110 mm de largeur au patin.
  • Rayon de 18 à 25m.
  • Longueur de 160 à 185 cm.
  • Montés avec des fixations de randonnées, qui permettent la marche.
  • A équiper de peaux de phoques, pour monter donc.

La randonnée c’est tendance! A tel point que dans cette famille on trouve de tout : des skis tout petits, ultra-légers, issus de la pratique originale et destinés aux compétiteurs ou des skis longs et larges montés avec des fixations à déchaussage automatique. Quelques points communs quand même. Ces skis ne grimpent les montagnes qu’une fois qu’ils ont « enfilé » leur peau de phoque, sont montés avec des fixations non-fixes dont le talon se soulève à la montée et se bloque pour la descente. Ils sont peu taillés pour assurer l’accroche des carres sur la glace en montant. Ce sont aussi des skis dont le poids est inversement proportionnel au prix…

Le poids en randonnée, c’est la clé. Du succès? A voir. Une famille de skis bien féminine en somme (désolée, blague pourrie les filles;-) ) dans laquelle hélas les modèles faits pour les femmes ne sont pas légion. On peut dénoter deux grandes tendances dans cette catégorie :

 – Les skis de « montée » : courts, ultra-légers, fixations minimalistes. Ils sont destinés à la compétition de ski-alpinisme ou au « fitness ». L’objectif est de pouvoir monter le plus rapidement possible et de descendre au mieux, vite ou moins vite selon les cas. La pratique fitness se développe ces derniers temps avec celles et ceux qui souhaitent travailler leur cardio et leur muscles de traileurs durant la froide saison.

 – Le ski de « descente » : longs, larges, ils sont faits pour flotter sur la poudreuse et descendre vite et bien en toute sécurité. Carbon et kevlar sont de rigueur pour des modèles aussi précis qu’accrocheurs sur neige dure, maniables et réactifs. 

Dans tous les cas, le confort et la stabilité ne font pas partie de leurs points forts. Mais ils révèlent l’attrait des grands espaces, l’envie d’évasion, de nature et d’air pur. Attention, qui dit ultra-léger, dit fragilité. Des skis à manier avec précaution donc et à choisir précautionneusement. L’association ski-fixation-chaussure est primordiale. Si l’un des trois n’est pas au niveau des deux autres, ça peut gâcher la performance comme le plaisir. Il faut vraiment envisager l’ensemble, dans une approche plutôt descente ou plutôt montée pour faire son choix. Sans oublier les peaux de phoques, couteaux et autre équipement nécessaire pour la pratique. 

Choisir son équipement est déjà une aventure en soi !

 

4 – Tester, une bonne idée ?

Oui!

Les guides produits peuvent vous guider (c’est le but!), les vendeurs vous conseiller, mais si vous le pouvez, essayez les skis qui vous tentent. Ca change tout! Vous seule ressentez ce qui se passe sous vos pieds, savez ce que vous aimez ou n’aimez pas. Il est possible d’essayer les modèles de l’année au cours des tests multi-marques organisés en début de saison. Certains revendeurs proposent des essais-neige des skis de la saison suivante en mars ou avril. Si vous achetez en station, la plupart des magasins vous offrira la location si vous testez un ou deux modèles avant d’acheter l’un d’entre eux. Profitez-en!

La fidélité ça compte aussi. Se rendre régulièrement chez un même revendeur lui permet de savoir comment vous êtes équipés, comment vous avez évolué et ainsi de mieux vous connaître, de mieux vous guider. Je sais, ce n’est plus dans l’air du temps, et pourtant….

montagne-freerando-festival-ski-l
©MDaviet
 

En résumé, comment procéder ?

 

  • Déterminez précisément votre pratique, votre niveau et vos besoins.
  • Listez vos priorités.
  • Puis votre budget ou vos marques préférées si vous en avez.
  • Lire les essais et guides matériel. Sur la page snowflike un grand nombre de skis femmes sont testés chaque année (tests snowflike). Si vous souhaitez plus d’infos ceux de Skieur.com sont très complets, vous y trouverez les skis mais aussi les chaussures, les vêtements, les casques, masques et autres appareils de sécurité.
  • Faites un pré-choix.
  • Essayez les skis dès que l’occasion se présente.
  • Prenez votre temps, ne vous précipitez pas. 
  • N’hésitez pas à acheter en station. Non les skis ne sont pas plus chers, mais vous avez plus de choix de modèles haut de gamme. Le conseil, le service, les essais, l’entretien, ça compte aussi.
 

Voici une liste de magasins de station dans lesquels vous trouverez une belle sélection de produits et surtout de bons conseils :
 

3 Comments

Laisser un commentaire