happy-women-mountains-femmes

Après un hiver pas vraiment hivernal, il faut bien avouer que les baskets commençaient à nous titiller sérieusement, d’autant que le mois d’avril fût magnifique et sec. La motivation au top, les stations de ski enfin fermées (ou presque, Tignes résistant jusqu’au 8 mai), l’arrivée des ponts de mai se faisait prometteuse pour reprendre en douceur nos balades en montagne. Mais ça c’était sans compter sur la météo malicieuse qui avait décidé de nous apporter la neige tant espérée (en vain) durant les mois de janvier et février… Mais rien ne saurait arrêter une randonneuse qui se respecte, à fortiori quand elle en a envie, mais en plus quand elle reçoit trois professeurs de sports norvégiennes en visite à Annecy.

 


happy-women-mountains-femmes

Pour une reprise en douceur, pour profiter pleinement de la beauté du lac émeraude et pour éviter la neige accumulée au-dessus de 1500 mètres, la randonnée qui s’est donc imposée fût le tour du Mont Veyrier, avec un petit détour par le Mont Baron et l’ancienne gare d’arrivée du téléphérique de Veyrier-du-Lac.

 

Départ vendredi sous le soleil, la seule journée sèche de la semaine, pour une courte marche sans trop de dénivelé, histoire de se remettre en jambe sans forcer et de profiter d’un panorama superbe sur la ville d’Annecy et ses alentours.

happy-women-mountains-femmes

 

Après avoir récupérée Hilde, Marita et Borgny à Bonlieu, nous nous dirigeons vers la commune de Sur les Bois puis sur la route forestière du Creux du Loup où nous laissons la voiture. Histoire de nous montrer que les femmes ne sont pas les seules à voyager, le hasard nous fait un  joli clin d’oeil alors que nous empruntons le chemin du Mont Veyrier. Un groupe d’une dizaine de norvégiens s’y engage juste au même moment que nous! La montée sous les arbres est agréable. Il ne fait ni trop chaud, ni trop froid, le temps idéal pour marcher. Nous ne voyons pas le paysage car nous sommes dans les arbres, mais les points de vue sont nombreux et nous pouvons admirer la ville et son lac à nombreuses reprises.

 

happy-women-mountains-femmes

Deuxième clin d’oeil du hasard un peu plus haut, quand nous sommes rattrapées cette fois par trois amies de la Clusaz – dont Cécile Chappaz dont vous avez pu découvrir le portrait sur snowflike ici – adeptes des randonnées du vendredi, qui ont choisi le même itinéraire que nous et pour les mêmes raisons!

 

Nous arrivons au Mont Veyrier (1291 mètres) après un peu plus d’une heure de montée. Vers midi, le Mont Blanc tout habillé de blanc nous apparaît entre les feuillages. Il faut bien reconnaître qu’il est particulièrement sublime dans cette lumière. Et qu’on ne l’avait presque pas vu aussi éclatant de tout l’hiver. Même la chaîne des Aravis au premier plan est toute enneigée. C’est peut-être une randonnées à skis que l’on aurait dû organiser!

 

happy-women-mountains-femmes

Après un rapide stop au Mont Baron (1299 mètres) nous faisons halte sur le plateau qui accueillait autrefois la gare d’arrivée du téléphérique de Veryier-du-Lac. Le paysage est sublime. A l’ouest, le lac et toutes ses communes, à l’Est les chaînes des Aravis et du Mont-Blanc. Il fait doux et on se sent enfin au printemps.

 

happy-women-mountains-femmes

 

happy-women-mountains-femmesPour parfaire l’accueil à la française, et parce que le hasard a décidément choisi de nous faire faire de jolies rencontres aujourd’hui, Francis vient nous proposer de nous faire goûter un petit verre de vin de pays. Une bien sympathique manière de commencer notre pique nique. Habitant de Sillingy, le fringuant randonneur de soixante dix-sept printemps réalise 1200 mètres de dénivelé tous les vendredis avec des amis. Nous sommes de nouveau conviées à rejoindre la petite troupe pour le café, qui se poursuivra pas un pousse-café fait maison, qui permettra à chacun et chacune d’apprendre quelques rudiments de la langue de l’autre. Skoll!

 

happy-women-mountains-femmes

Après ce moment de partage, nous prenons le chemin de la descente, qui ne se fera par les crêtes cette fois, mais par l’arrière, dans les sentiers boisés du creux du Loup qui nous ramènent progressivement jusqu’au parking où nous avions garé la voiture.

 

Nous voilà de retour à Annecy à 15h30, ce qui laisse encore une bonne partie de l’après-midi à nos trois norvégiennes pour profiter de toutes les beautés de la Venise des Alpes.

 

happy-women-mountains-femmes

 

Quand à moi, ça me donne une furieuse envie d’attaquer la saison de randonnées et de retrouver mes amies de la Dream Team de Talloires perdues de vue pendant la saison froide. Prochaine sortie? Elle se fera à l’opposé du lac, au dessus de Lathuile dans le massif des Bauges. Un tour qui passe par Saury, l’ancien mine, les Bochettes.

A r’vi pas 😉

 happy-women-mountains-femmes

 


Retrouvez toute l’actualité et les dernières news de Snowflike sur la page Actus.

 

 

Laisser un commentaire