L’ELECTRON LIBRE DE CHAMONIX.

 


happy-women-mountains-femme-montagne-skieuse-randonnée -alpinisme-grimpe-escaladeUn destin de chamoniarde.

Célia fait partie de la dernière génération d’enfants nés à Chamonix. C’est donc une chamoniarde, une vraie, comme on n’en fera plus, puisque la maternité a disparu. Son papa était guide, membre du PGHM, sa maman s’occupait avec amour de ses 3 enfants. Alors forcément quand on naît dans un tel endroit, la montagne fait partie de votre vie à chaque instant. Cette montagne Célia va la découvrir avec ses parents et ses frères, la parcourir en toute saison et avec toute sorte d’équipement. Randonnée, ski, escalade, ski de fond, la petite touche à tout et profite de la vie. Le bonheur pour elle dure 5 ans. Jusqu’au drame. Quand son papa, parti faire un secours en montagne, perd la vie dans une crevasse à la Tour Ronde. Là, la vie se réorganise pour la famille, et Célia se construit sans père. Et avec passion. Avec un mélange d’amour et de haine pour cette montagne qui prend la vie de ceux qu’on aime.

Une montagne qu’elle tentera donc de quitter pour suivre ses études, pour voyager et découvrir le monde, pour commencer sa vie d’adulte. Mais cette montagne, cette vallée de Chamonix, on ne la quitte jamais vraiment. Et forcement, Célia va finir par rentrer à la maison, à 28 ans. Aujourd’hui Célia vit au cœur de la vallée, à Sallanches. A quinze minutes à peine de sa famille, de ses proches. Au cœur d’un panorama qu’elle connaît bien, dans lequel elle se sent bien, à sa place. A quelques minutes à peine des belles et grandes stations de ski haut-savoyardes. Ici, elle connaît tout le monde, tout le monde la connaît aussi et on a plaisir à se croiser, à se voir. Quand on est de Chamonix, on n’est pas seulement du pays, on fait partie de la famille. C’est donc ici la nouvelle vie de Célia. Une vie qui la mène sur les pentes en toute saison, pendant ses quelques rares jours de congés et le soir après le travail. Son quotidien c’est la moyenne montagne, la course, la grimpe, le ski alpinisme, ou le ski de fond à la frontale le soir après le boulot. Elle est enfin réconciliée avec la grande dame. Réconciliée avec ses origines. Elle n’a plus peur de suivre les traces de son père. Et peut-être même qu’elle en est fière… Comme elle le dit, « Cham, c’est ma vie ».

 

happy-women-mountains-femme-montagne-skieuse-randonnée -alpinisme-grimpe-escaladeLa vie « à fond » la caisse.

C’est peut-être pour ne pas aller trop haut en montagne, ou alors simplement parce qu’elle a immédiatement eu le coup de foudre pour cette activité, que Célia se lance à fond dans le ski du même nom. Première participation à la Mini Vasa à 5 ans, inscription au Club des Sports de Chamonix, la belle est lancée dans une course effrénée. En parallèle elle fait de la gymnastique, mais dès 11 ans on lui impose de faire un choix entre les 2 disciplines. Ce sera le ski de fond et l’entrée au ski-études. Commence alors une carrière sportive menée tambour battant. Célia se donne à 100%. Elle suit les entraînements (bien chargés) avec ses co-équipiers bien sûr, mais ça ne lui suffit pas et elle en fait plus. Toujours plus. Elle se hisse parmi les meilleures et intègre le Comité Mont-Blanc et le team Haute-Savoie Nordique. En 2004, elle devient partenaire de l’Equipe de France et participe à quelques Coupes d’Europe. Elle termine la saison sur un titre de Championne de France. Elle a 16 ans, elle est au top. Et rien ne l’arrête… Enfin si, justement.

D’abord une sélection en Equipe de France. Elle n’est pas prise. Elle est trop jeune. Coup de massue. Du coup, elle s’entraîne encore plus. Comme une machine. Et si un temps les résultats se font sentir, son corps finit par dire stop. Grosse fatigue, insomnies, anxiété, à vouloir en faire toujours plus, trop et trop vite, la jeune athlète est en pleine phase de sur-entraînement. Et ne trouve plus le chemin des podiums…

happy-women-mountains-femme-montagne-skieuse-randonnée -alpinisme-grimpe-escalade-amiesPour tenter de remonter la pente, elle quitte alors le Comité, partage un coach privé (Arnaud Bruchard) avec une biathlète, et pour mettre toutes les chances de son côté, se fait faire un programme de nutrition par un spécialiste du domaine, Denis Riché qui, elle ne le sait pas alors, aura une importance cruciale dans le choix de sa vie professionnelle. Hélàs, le coach est trop dispersé et n’a pas assez de temps à accorder aux filles. Fin de l’aventure.

Célia ne baisse pas les bras, pas son genre, et décide de se rendre en Scandinavie pour se préparer à la méthode norvégienne. Liv Poirée, la championne de biathlon, l’aide à trouver une famille d’accueil, et c’est Pek, le grand frère, qui l’accompagne en voiture et la confie aux parents accueillants pour près de trois mois. La voilà donc en Norvège, logée dans un cabanon en dehors de la maison. Elle partage ses repas avec la famille, dont deux des trois enfants pratiquent le biathlon. Elle se prépare avec l’école NTG (Norges ToppidrettsGymnas), s’entraîne seule le matin, avec les athlètes l’après-midi. Une préparation physique intensive, dure. Des entraîneurs exigeants. Des exercices qu’on n’oserait même pas imaginer en France. Des compétitions de course à pied entièrement réalisées en foulées bondissantes. Du ski roue en montée. Le niveau est élevé, l’effort intense. Mais ça paye. A la fin du séjour, elle a pris quatre kilos de masse musculaire et elle est devenue meilleure que la jeune fille de sa famille d’accueil. Peut-être est-ce dû aussi au mode de vie particulier des norvégiens? Ce style de vie unique. Cette manière de découper le temps et de vivre simplement. Comme ces moments de partage et de détente après les séances, ces goûters pris tous ensemble avec les grosses chaussettes de laines tricotées par les mamies, suivis d’ateliers créatifs.

Boostée par les trolls, Célia rentre en France pour effectuer sa saison. Puis se sont les sélections pour les Coupe d’Europe à Bessans. Elle a la force oui. Mais manque de confiance. Elle rate ses sélections. Décide d’abandonner la compétition de ski de fond, alors même qu’elle intègre l’IUT d’Annecy section Ski-Etudes.

 

happy-women-mountains-femme-montagne-skieuse-randonnée -alpinisme-grimpe-escaladeLa transition.

Elle y passera pourtant une année à vivre comme une athlète, avec les autres filles de sa classe. Dont notamment une certaine Marie-Laure Brunet avec qui elle s’entraîne chaque jour, et qui devient l’une de ses meilleures amies. Elle prend alors conscience qu’il lui a manqué le mental et la confiance pour atteindre le plus haut niveau. Qu’elle n’est plus en phase avec les autres étudiants de la section. Le ski de fond, la montagne, elle ne les supporte plus. Trop de douleur. Trop d’efforts non récompensés, trop de désillusions. Arrêter sa carrière sportive après tant d’années de travail acharné, entièrement tourné vers un but ultime qu’on n’atteindra jamais, à vingt ans, crée un immense vide. Difficile de se mettre à vivre une vie « normale », une vie qu’on n’a jamais vécue. Pour Célia, comme pour tous ceux qui passent par là, il faudra du temps pour digérer, accepter.

Mais voilà, notre chamoniarde est une passionnée. Une optimiste absolue. Une jeune femme qui ne se laisse pas abattre et possède de la ressource. Elle choisit de s’éloigner un peu de la montagne et du ski de haut niveau certes, mais n’abandonne pas pour autant toute forme de compétition puisqu’elle se lance dans l’athlétisme. Mais surtout, la nouvelle vie de Célia, sa nouvelle passion, son chemin de vie elle le sent, c’est la nutrition, notamment la micro-nutrition. Cette discipline qu’elle pratique depuis 2004 avec l’aide de Denis Riché, son mentor, elle veut l’apprendre et la partager. Elle s’inscrit en BTS diététique. Pratique l’athlétisme à fond, s’entraîne à cinq ou 6 heures du matin, avant les cours. Fait du baby-sitting puis travaille en hôtellerie sur Genève le soir pour gagner un peu d’argent et se payer des voyages (Scandinavie, Espagne, Amsterdam, Nouvelle Zélande, Thaïlande, Laos, Cambodge, Australie, Etats-Unis). Quand elle rentre de son dernier voyage sac au dos qui aura duré 8 mois, son diplôme en poche, elle est enfin prête à commencer une nouvelle vie.

 

happy-women-mountains-femme-montagne-skieuse-randonnée -alpinisme-grimpe-escaladeLa nutrition pour passion.

Son nouveau crédo c’est la nutrition et Célia se rend donc naturellement chez l’entreprise dans laquelle elle a effectué son stage de fin d’études, Phytolis et Efficium. Elle se fait embaucher et commence alors une double activité de déléguée médicale et formatrice en pharmacie pour la société Phytolis et Efficium, et de diététicienne en cabinet sur Genève. En parallèle elle continue à se former en micro-nutrition, micro-nutrition du sport et phytothérapie.

Depuis 2015, elle officie en tant qu’indépendante, et se partage entre la Suisse et la France. Diététicienne en cabinet ou à domicile, elle réalise des conférences et des programmes sur-mesure pour les entreprises qui se soucient du bien-être de leurs salariés, organise des ateliers dans les magasins de sport ou bio et répond aux questions des internautes sur le site www.zanatura.ch.

Une vie à 100 à l’heure. Qui ne lui laisse que les dimanche de libre. Mais ce n’est pas un problème pour Célia l’hyperactive qui ne laisse jamais passer une occasion de s’échapper en montagne pour grimper, marcher, skier, seule ou avec ses amies. Ses secrets pour calmer ce rythme frénétique de temps en temps? Une séance de yoga et un bon verre de rouge!

Quand vous êtes dans la vallée de l’Arve, si vous croisez une jolie tornade blonde, ne vous étonnez pas, c’est certainement Célia !

 

Son nouveau projet sportif sera sa participation à la 14ème édition de la CCC (Courmayeur-Champex-Chamonix), trail de près de 100 km, 6100m de dénivelé positif – en 26 heures et 30 minutes maximum – avec un point culminant à 2581m (la Tête de la Tronche). Un véritable défi sportif pour lequel elle recherche d’ailleurs des sponsors (à bon entendeur…).

happy-women-mountains-femme-montagne-skieuse-randonnée -alpinisme-grimpe-escalade


Elle l’a dit :

« Je suis une boutch de Cham! »

« Il faut rester optimiste et toujours y croire. Quand on est en phase avec soi-même, tout se passe bien. »

 


 Bio express :
  • 1987 : Naissance à Chamonix.
  • 1992 : Décès de son papa.
  • 1992 : Inscription au Club des Sports de Chamonix – Section ski de fond.
  • 1999 : Sélection au Comité du Mont-Blanc de Ski de Fond.
  • 2004 : Sélections coupe d’Europe et Championne de France.
  • 2005-2006 :  Entraînement intensif en Norvège.
  • 2007 : Met un terme à sa carrière d’athlète.
  • 2011 : Obtention du BTS Diététique.
  • 2012 : Débuts chez Phytolis et Efficium – déléguée médicale – formatrice en pharmacie – diététicienne.
  • 2014 : Obtention du DU de Micronutrition, nutrition, exercice et performances.
  • 2015 : Retour à Chamonix.
  • 2015 : Indépendante – diététicienne, nutritionniste et micro-nutritionniste – conférencière – conseil nutrition santé sur www.zanatura.ch – exerce sur la Haute-Savoie et à Genève.
  • 2016 : Obtention du diplôme de Micro-nutrition.

 


Célia et la montagne en 10 questions : 

1 – Votre rencontre?
Je ne me souviens plus! Ce fût certainement en les regardant sur mes skis de fond!!! (Elle y est un peu née aussi!).

2 – Ta montagne préférée?
Le Toblerone!!!

3 – Ton rapport à la montagne en 3 mots?
Liberté – créativité – inspiration.

4 – Tes activités?
Grimpe, ski de rando, course à pieds.

5 – Ton meilleur moment?
Un bivouac au couvercle…

6 – Une femme que tu admires ou qui t’inspire?
Marie-Laure Brunet.

7 – Tes 3 marques préférées?
La Sportiva, Salomon, Peak Performance.

8 – Ton prochain projet?
Participation au trail de la CCC (Courmayeur-Champex-Chamonix) en septembre 2017. Et aussi 1 mois d’expédition n’importe où tant qu’on est ensemble avec ma « famille d’âmes », elle se reconnaîtront!

9 – Ton rêve de montagne?
Le Denali.

10 – Une anecdote?
Une sortie l’année dernière avec Marie-Laure… on a fait les grosses blondes en baskets sur des névés… Désormais je prends un piolet!!!

 


Les liens de Célia :

 


En savoir plus sur la nutrition et la micro nutrition :

Contacter Célia :

  • A Efficium: Route des Jeunes 9, les Acacias – TEL: 022-307-10-90
  • 31 Route de la Provence, 74700 Sallanches – Mobile: 06-70-26-18-08

 

 


Découvrez aussi les portraits suivants :
happy-women-mountains-femmes-montagne-athlète-ski-skieuse-neige-championne
Ophélie David et Marie Martinod
snowflike-lydie-lanza-portrait
Lydie Lanza
happy-women-mountains-montagnes-nepal-expéditions-snowboard-split-board
Sandra Stavo-Debauge
happy-women-mountains-femme-montagne
Cécile Chappaz
happy-women-mountains-femmes-montagne-randonnée
Fanny Caspar
happy-women-mountains-femmes-montagne-vélo
Les Bikettes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


<<Retour accueil portraits