les_yautasses-raid_amazones-2018-filles-raid-feminin-femmes-aventures-montagne-concurrentes-mattia-gattuso-sandra-persenico
Sandra et Mattia, 3ème de la Be Run 2017 à Aix-les-Bains

Les Yautasses. Mais qui se cache derrière ce petit nom mignon qui sent bon le reblochon? Deux super nanas, sportives bien sûr, joyeuses, dégourdies et généreuses. Mattia Gattuso et Sandra Persenico se sont rencontrées sur le trail du Bélier à La Clusaz il y a un peu moins de deux ans et depuis elles ne se sont plus quittées. Trail, cross, sorties et activités variées, elles partagent leur passion pour la montagne et pour l’aventure. Et embarquent avec elles sur les sentiers leur familles, fans et amis qui ne peuvent résister à tant d’enthousiasme et de joie de vivre. Mais leur prochain challenge, c’est seules qu’elles vont le relever. Mattia et Sandra ont en ligne de mire le Raid Amazones, qui se tiendra du 4 au 14 mars prochains au Cambodge. Si vous voulez en savoir plus, soutenir les Yautasses et les aider dans leur projet, c’est par ici.

 


Créé il y a 17 ans déjà, en 2000, le Raid Amazones est le premier raid 100% féminin.  Au cours de celui-ci les aventurières portées par des valeurs humaines fortes de courage, de dépassement de soi, de respect de la nature et d’entraide s’affrontent dans des épreuves sportives variées et en autonomie. Un programme qui correspond bien aux  Yautasses. D’autant que cette aventure, elles ne font la font pas que pour elles, mais aussi pour montrer aux jeunes enfants à mobilité réduite qu’elles soutiennent via l’association Pompier Raid Aventure, que tout peut devenir accessible quand on s’en donne les moyens.

 

1 – Mais qui sont les Yautasses ? 
Mattia « Mac Fly » Gattuso – « Alors Mac Fly, y’a quoi là-dedans, du silicone? ».

Si son surnom lui a été attribué par son « meilleur pote de l’école d’ingénieur au cours d’une soirée sur le thème de Retour vers le Futur » comme elle l’explique, sûr que Mattia a bien d’autres choses dans la tête que du silicone et que ce serait plutôt pour sa débrouillardise, sa créativité et son enthousiasme que son ami l’a affublé de ce petit nom ce soir-là!

Mattia n’est vraiment pas une fille comme les autres. Et ça commence par le métier qu’elle s’est choisi qui n’est décidément pas commun pour une jeune femme, celui de « Conducteur de Travaux ». Pas très fréquent et parfois surprenant, notamment pour les différents corps de métier qui participent à un chantier. D’ailleurs comme elle le dit du haut de ses 29 ans, quand elle arrive dans une nouvelle équipe on lui demande souvent :  » Vous êtes la nouvelle stagiaire ? La nouvelles SPS (sécurité) ? Secrétaire? – Et bien non : votre nouvelle Cheffe 😉 » 

En passant,  la fiche métier du Conducteur de Travaux sur regionsjob illustre bien le contexte. Elle commence par : « C’est un homme de terrain… ». Si vous voulez en savoir plus sur le job de la belle, suivez le lien, tout y est.

Côté personnalité, Mattia est enthousiaste, vivante, pleine d’entrain. C’est surtout une jeune femme très sociable, qui aime les autres et partager les moments forts. Elle est tombée dans la marmite du bâtiment quand elle était toute petite avec un père dans le milieu et la rénovation de deux maisons à son actif. Elle se lance dans cette voix pas banale pour une fille, sans avoir peur des ambiances masculines qu’elle connaît bien, entourée par deux frères, dans une famille d’origine italienne! Un métier qui illustre bien sa force de caractère, sa pugnacité, sa capacité d’adaptation et, il faut bien le dire, une certaine poigne. Qualités qui vont se montrer bien utiles dans sa pratique sportive.

Originaire d’Annecy, c’est par le ski que la haut-savoyarde commence le sport. Pour vaincre sa timidité, elle se lance ensuite dans le Rock’N Roll qu’elle pratique pendant dix ans – ça doit valser parfois sur les chantier ;-). Vient ensuite le handball au sein du Club d’Annecy, « où l’on passe de superbes moments d’entraide comme de crepage de chignons 😉 » comme elle le dit. Le trail viendra plus tard, bien plus tard, quand Mattia doit se préparer pour faire partie de l’équipe de seize personnes sélectionnées pour « L’ascension phénoménale » qui doit faire gravir le Mont-Blanc au Trophée du championnat du monde de handball masculin (qui s’est tenu en janvier 2017 et dont les matches se sont déroulés dans plusieurs villes de France, dont Albertville) en septembre 2016.

les_yautasses-raid_amazones-2018-filles-raid-feminin-femmes-aventures-montagne-concurrentes-mattia-gattuso-sandra-persenico
Mattia, seule femme au milieu de la cordée – 09/2016 – photo France Handball 2017.

Mattia est sportive, mais elle doit quand même s’entraîner spécifiquement pour l’occasion, surtout pratiquer en montagne. Elle commence donc le trail, s’inscrit à ses premières compétitions en équipe puis seule (Trail Blanc, Yéti Race, Bélier, Trail de L’arclusaz, Spartan Race, …) et son premier raid (Capiraid en 2016 qu’elle termine, avec son co-équipier, en 3ème position). Bref, le virus est déjà bien ancré et les envies de défis se multiplient chaque année. Jusqu’à ce challenge qu’elle souhaite relever avec son amie Sandra, le Raid Amazones 2018.

 

 

Sandra Persenico, de la pépette au pitbull en passant par le « razmoquette ».

Mi-ange, mi-démon ou presque, Sandra est surnommée Pépette ou Razmoquette par ses amis pompiers du fait de sa petite taille. Mais sa petite taille cache une force de caractère et une pointe de nervosité que ses pairs n’ont pas manqué de reconnaître. C’est pourtant affectueusement qu’ils la qualifient de pitbull à l’occasion.

Annécienne d’origine, comme sa comparse, la trentenaire est tombée dans le sport dès sa tendre enfance, grâce à ses parents. « J’ai pratiqué pendant dix ans le judo avec un fort esprit de compétition » explique-t-elle. Chose rare, surtout pour une jeune fille, c’est à 14 ans qu’elle intègre le cercle des Jeunes Sapeurs Pompiers. Hélas, son gabarit lui joue des tours. En effet, comme elle le raconte :  « J’ai été recalée à la sélection des pompiers volontaires à cause de ma petite taille. Mais je n’ai jamais perdu espoir d’intégrer ce corps. Et mon rêve a fini par se réaliser à l’âge de 25 ans, quand la loi a enfin changé! ». Pugnace, volontaire et altruiste, voilà qui résume bien cette jeune femme à la petite taille certes, mais au courage aussi grand que le coeur. En effet, avant de devenir soldat du feu, elle rejoint le 27ème BCA (Bataillon de Chasseurs Alpins d’Annecy) en tant que réserviste et y reste sept ans. « J’avais besoin de quelque chose de fort, qui bouge, peut-être pour me prouver des choses, à moi-même aussi bien qu’aux autres ». Peut-être, quelque part, pour prouver que le courage ne se mesure pas au nombre de centimètres ? En parallèle, elle se lance dans des études d’infirmières « Car j’ai toujours aimé le côté soins et relation aux autres ».

C’est à cette période qu’elle commence la course à pied, puis le trail et participe à  ses premières courses avec, toujours, cet esprit de compétition marqué. Il y a deux ans, elle découvre le Crossfit, améliore encore ses capacités sportives et se prend à imaginer de nouveaux défis. C’est à peu près au même moment qu’elle rencontre Mattia, avec qui elle a de nombreux points communs et dont les envies se superposent avec les siennes. Envies de challenges, envie de gagner et de repousser leurs limites, pleines d’énergie, les deux jeunes femmes se sont bien trouvées.

 les_yautasses-raid_amazones-2018-filles-raid-feminin-femmes-aventures-montagne-concurrentes-mattia-gattuso-sandra-persenico

 

2 – Duo de choc et de charme, dopé à la testostérone!

Les Yautasses sont deux femmes oui, mais qui se sont forgées un caractère bien trempé à force de baigner, aussi bien durant leur enfance qu’aujourd’hui dans leurs activités professionnelles ou de bénévolat, dans des univers assurément masculins. Devoir prouver ce qu’elles valent malgré leur genre ou leur taille, enfance sportive, voilà peut-être ce qui a mené les deux haut-savoyardes vers la compétition et le besoin de repousser leurs limites. Leur première rencontre a lieu lors d’une soirée où le courant passe bien. Elles se retrouvent deux semaines plus tard, par hasard, sur les pentes du trail Bélier à la Clusaz. Puis elles s’associent pour les 20 km de la Be Run à Aix-les-Bains l’été dernier, et elles font bien, puisqu’elles atteignent le port de la ville en troisième position. Sandra propose alors à Mattia de participer à la Spartan Race de Morzine. 13 km dans la boue à franchir des obstacles plus tard, les deux sportives sont devenues inséparables. Vient alors l’idée de participer à un Raid. La Saharienne semble prometteur, mais les dates ne conviennent pas à leurs obligations professionnelles. Qu’à cela ne tienne, il y en a d’autres.

 

 

3 – Deux fille au coeur gros comme ça vont « courir pour un sourire ».

Leur choix se portera finalement sur le Raid Amazones. Exclusivement réservé aux femmes, alliant cause humanitaire et défis sportifs de toute sorte en pleine nature, esprit d’équipe, solidarité, ce raid défend des valeurs dont les Yautasses de sentent proches. Comme le précise matin : « Défendre le droit des femmes à accéder à l’éducation, c’est une une cause qui m’est chère.  Et qui me touche particulièrement, ayant toujours eue à me battre pour exister dans des mondes d’hommes. »

Cela leur permet aussi de soutenir l’Association Pompier Raid Aventure qui, comme son nom le laisse à penser, a été fondée par des pompiers. Celle-ci donne la possibilité à de jeunes enfants à mobilité réduite de vivre de grandes aventures outdoor. Au moyen de joëlettes (sorte de fauteuils roulants spécifiques dans lesquels sont installée les enfants), les coureurs se relaient pour leur faire vivre une expérience qui va rebooster leur quotidien et leur rendre confiance en eux et leurs capacités. Fondée en l’an 2000, l’association  a déjà permis à plus de cent enfants de participer à des marathons, des trails et même des raids. « Courir pour un sourire » est son slogan. Pourrait-il être plus évocateur ?

Pour en savoir plus sur l’association Pompier Raid Aventure et/ou faire un don c’est par ici.

 

 

4 – Les Amazones des temps modernes

Le Raid Amazones, dont c’est la 17ème édition cette année, a été créé par Alexandre Debanne, le célèbre animateur télé dans les années 90 et producteur de films. Outre l’aventure humaine qu’il génère, l’organisateur s’associe chaque année à une association caritative à laquelle il reverse une partie de ses gains. En 2018, c’est l’association « Toutes à l’école » qui est soutenue. Fondée par la journaliste Tina Kieffer en 2005, sa mission est de proposer une scolarisation de haut niveau aux petites filles les plus démunies, afin de les conduire à un métier qui leur apportera liberté et dignité. Pour rappel, en 2014, l’événement avait permis d’équiper en fournitures scolaires plus de 700 enfants, de faire don de 300 livres et de plus de 7.000 dollars à l’hôpital des enfants local.

Cette année, le raid se déroulera au Cambodge, du 4 au 14 mars 2018. 90 équipes de 2 ou 3 participantes s’affronteront sur des épreuves accessibles et variées telles que VTT (40km), canoë (10km), course d’orientation, tir à l’arc… Après les épreuves, les amazones partent à la découverte du pays et des cultures locales, en immersion totale dans la nature, dans des sites magiques et préservés pendant dix jours. Plus qu’une simple compétition, Le Raid Amazones se veut avant tout une aventure humaine. Des valeurs de courage, d’esprit d’équipe, de dépassement de soi, de solidarité sont à l’honneur pour que chacune ressorte grandie de l’expérience.

 

5 – Des pépettes pour les pépettes

Vous pouvez participer à l’aventure vous aussi en soutenant les Yautasses dans leur démarche, en les aidant à financer leur inscription au Raid Amazones et/ou en en faisant un don à l’Association Pompier Raid Aventure.

En échange d’un participation financière, les Yautasses porteront fièrement vos couleurs sur toutes les épreuves du Raid Amazones, mais aussi durant leur entraînement et après leur retour. Le raid possède une belle couverture médiatique et sera suivi par tous les médias nationaux, télés, radios, presse écrite et web, dont notamment TF1, BFM TV et Virgin Radio, partenaires de l’événement. De quoi faire une campagne de communication à 360°porteuse de belles valeurs.

De leur côté les filles se démènent sur les réseaux sociaux et localement pour faire connaître leur projet, et nous leur souhaitons de rentrer pas qu’avec des étoiles et de belles images plein les yeux, mais riche d’une belle expérience partagée et pourquoi pas, d’un beau résultat?

les_yautasses-raid_amazones-2018-filles-raid-feminin-femmes-aventures-montagne-concurrentes-mattia-gattuso-sandra-persenico
1ère parution pour les Yautasses dans la presse locale – Le Dauphiné – Dec. 2017

 

6 – Suivre, contacter et soutenir les Yautasses

 

 


Retrouvez toute l’actualité et les dernières news de snowflike.com sur la page Actus.

Laisser un commentaire