TOUT SAVOIR SUR LES CHAUSSURES DE SKI POUR FEMMES ET LEURS SPECIFICITES .

 


snowflike-skieuse-femme-choisir-conseils-équipement
Competite de Lange: la 1ère chaussure de ski femme dès 1968.

S’il est une chose à savoir quand on parle de chaussures de ski, c’est qu’il existe des chaussures spécialement développées pour convenir à l’anatomie du pied féminin depuis 1968! Et oui, la toute première chaussure femme, la « Competite » a été développée cette année-là par la marque Lange. Depuis, du chemin a été fait, plus ou moins efficacement selon les fabricants, et on trouve un large choix pour les skieuses, quels que soient leur niveau ou leur pratique.

 

thoren-theory-angle-q-schema

Pourquoi faire une chaussure spéciale?

Sans entrer dans une démonstration complète et détaillée sur les différences morphologiques entre l’homme et la femme, il s’avère intéressant de rappeler quelques éléments importants. En effet, parce que la nature nous a doté de la possibilité d’enfanter, notre bassin est plus large et il présente une légère inclinaison vers l’avant. D’où cette position « fesses en arrière » que l’on nous reproche souvent (ou pas!) dans les activités sportives et les flexions de genoux. D’autre part, la largeur de notre bassin et l’angle qu’il forme avec l’articulation de notre genou, appelé l’angle Q, conduit fréquemment à un genu valgum physiologique (genoux en X) variable selon les femmes. Plus il est important, plus cela aura d’incidence sur l’articulation du genou, mais aussi de la cheville et de la voûte plantaire.

 

thoren-theory-centre-graviteOn peut aussi rajouter à ça que nos masses corporelles ne sont pas réparties de la même manière que chez l’homme, de par notre musculature et notre squelette.  Et que nos ratios longueur de buste / ongueur fémur / longueur tibia-péroné sont bien différents, avec notamment un segment de la partie basse de la jambe bien plus court. Si on combine tout cela à notre largeur de bassin, cela donne forcément une équilibration latérale et longitudinale différente, mais aussi une flexion de genoux et de chevilles moindres pour un même effort.

 

thoren-theory-flexion

De plus, nous avons tous remarqué que nous possédons bien souvent un pied plus court et plus fin que l’homme, particulièrement au niveau du talon. Ce que l’on sait moins, c’est que nous avons un coup de pied plus bombé et une arche plantaire un peu plus cambrée et longue que l’homme. On pourrait rajouter que notre pied est généralement plus flexible et moins puissant que celui de l’homme, mais engoncé dans sa chaussure de ski, cela a moins d’incidence sur la pratique.

 

Au niveau musculaire, c’est le mollet qui est concerné. Celui-ci s’insère bien souvent plus bas sur le péroné que chez l’homme, nécessitant un volume plus important au niveau de la tige des chaussures.

 

Dernier point pour finir, et pas des moindres, la circulation sanguine et notamment le retour veineux, est globalement moins efficace chez la femme, et plus fluctuant sous l’influence des hormones. Et qui dit mauvaise circulation, dit refroidissement!

 

Maintenant que l’on sait en quoi nous sommes différentes, et quelles en sont les incidences, quelles sont, dans les grandes lignes, les spécificités d’une chaussure de ski destinée aux femmes?

Tige (ou collier) plus basse et / ou découpée sour les crochets :

Le segment tibia-péroné est plus court chez la femme. Une tige courte, et éventuellement une découpe plus prononcée sur le bas du collier au niveau du tibia, va ainsi limiter l’effort à réaliser pour fléchir la cheville (en augmentant le bras de levier et / ou le degré de flexion) et par là-même les forces qui s’exercent sur l’articulation du genou. Ainsi on améliore l’efficacité du mouvement et on réduit la fatigue.

 

Forme du collier évasée ou découpée sur l’arrière, au niveau du mollet  :

L’insertion du mollet se faisant plus bas sur le péroné chez la femme, le fait d’évaser la forme de la tige ou de découper l’arrière de la coque, permettra une meilleure déformation du collier et une adaptation convenable de la chaussure au mollet de la skieuse. Le tout pour un confort amélioré.

 

Sabot plus fin et volume coup de pied plus important :

A modèle égal, le volume n’est pas forcément plus fin. Ne nous mentons pas, qui fait encore des moules différents pour les femmes? En revanche, les fabricants utilisent leurs modèles de sabots les plus fins pour les modèles destinés aux femmes. Même problématique pour le volume du coup de pied, qui on le rappelle, est plus important chez la femme. On peut jouer sur celui-ci dans le chausson, mais si cela est réalisé sur la coque ce sera plus efficace. L’avantage qui en résulte pourtant est la diminution des points de pression sur le coup de pied. Ce qui assure  une meilleure circulation sanguine, donc moins de refroidissement et plus de confort. Quand à la bonne largeur de pied, elle assure une bonne transmission des appuis, et une performance accrue.

 

Semelle fond de coque adaptée :

Certains fabricants proposent pour les femmes des semelles fond de coque avec un talon légèrement surélevé pour lui permettre d’avancer son centre de gravité. Les skis se pivotant par l’avant, la skieuse bénéficiera ainsi d’un meilleur contrôle. D’autre part, les semelles fond de coques peuvent aussi bénéficier d’un empiècement en matériel absorbant sous le talon, pour plus d’amorti, une meilleure absorption des chocs et vibrations, ce qui amène toujours plus de confort et de stabilité.

 

Chausson morphologique : 

Tige évasée, talon plus étroit, tendon d’Achille bien enveloppé, malléoles plus marquées, chaussant plus fin, coup de pied plus volumineux, tout est fait pour garantir que le chausson épousera parfaitement le pied féminin. C’est d’ailleurs la partie de la chaussure qui est la plus travaillée pour répondre aux spécificités morphologiques du pied féminin. Les bénéfices pour la skieuse : un confort et une efficacité optimisés.

 

Boite à orteils plus petite et plus chaude :

On l’a dit plus haut, les femmes ont les pieds plus fins et ont vite froid aux pieds. C’est pourquoi la plupart des fabricants propose un volume de boite à orteils adapté, pour un excellent contrôle, le tout réalisé dans des matériaux qui limitent la déperdition de chaleur. On notera aussi que le néoprène est souvent utilisé dans cette partie du chausson, car outre ses propriété isolantes, il apporte aussi de la souplesse.

 

Languette plus haute et amortissante : 

La recherche du confort encore, à tous les niveaux. Une languette généreuse améliore l’amorti sur les tibias, ce qui n’est pas négligeable pour la femme dont le segment inférieur est plus court, et qui par conséquent doit faire plus d’effort pour fléchir les chevilles et les genoux. Sans compter que du coup, elle subira plus le terrain, enfin moins donc si elle bénéficie d’une languette rembourrée!

 

Matériaux isolants et doux :

Pour les femmes, presque toutes les marques proposent des matériaux qui, à minima, limitent la déperdition de chaleur mais idéalement isolent du froid, comme par exemple les tissus polaires type Thinsulate ou Polartec. Egalement, on trouve des matériaux tout doux et épais pour un accueil moelleux (au niveau du mollet).

 

Entrée facilité : 

Quelques ingénieux ingénieurs ont trouvé des solutions qui facilitent l’entrée dans la chaussure. Comme par exemple un empiècement de matériau « glissant », à l’intérieur de la tige du chausson, au niveau du mollet. Ou bien une languette « portefeuille » qui permet de mieux ouvrir le chausson et ainsi insérer facilement son pied dans la chaussure.

 

Boucles anatomiques :

Arrondies, recouvertes de silicone, les astuces ne manquent pas pour nous permettre de mieux attraper, ouvrir et fermer nos crochets.

 

Couleurs et design : 

Ah, nous y voilà quand même! Bien sûr, toutes les marques travaillent pour offrir aux femmes des chaussures toutes plus belles les unes que les autres, dans des couleurs chatoyantes, avec plein de petits détails comme on les aiment. Je m’emballe un peu sur les couleurs chatoyantes, mais l’influence du marché du running commence à porter ses fruits, et les chaussures femmes sont plus colorées qu’il y a 5 ans. En revanche, les détails sont bien travaillés, pour des produits vraiment réussis.

 

Il me semble avoir couvert bon nombre de technologies spécialement étudiées pour la femme, mais la liste n’est pas exhaustive et nous en découvrons de nouvelles chaque année.

 


Découvrez aussi les conseils suivants :

 

snowflike-choisir-équipement-ski-femme-skieuse
Les bonnes questions avant d’acheter.
Snowflike-choisir-equipement-guide-skieuse
Lexique de la chaussure de ski.

 

 

 

 

 

 


 

<<Retour accueil conseils

 


Laisser un commentaire